Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Commentaire de gestion du 26 mars 2020

26 mars 2020 — Temps de lecture :2mn

Dans un contexte de mesures de plus en plus strictes visant à contenir le virus COVID-19 en Europe et aux États-Unis, il faut s'attendre à un effondrement significatif de l'activité économique. Sans visibilité sur la fin du confinement et le pic de l'épidémie, il est difficile d'avoir une idée précise de la valorisation des actifs financiers.

Cela dit, des opportunités apparaissent nettement après le fort recul des marchés. L'indice Eurostoxx50 a perdu près d'un quart de sa valeur depuis le début d'année. Le rendement des obligations High Yield, haut rendement (HY) est passé de 3% à près de 10% en euro et de 5% à près de 12% en dollar depuis le début de l’année.

En parallèle, les conditions de liquidité s'améliorent à la suite des mesures prises par les gouvernements et les banques centrales, notamment aux Etats-Unis et en Europe (cf. notre point de gestion du 24 mars). C'est un soutien puissant et incontestable pour l'activité économique et les marchés pour les mois à venir. 

C'est pourquoi, nous avons décidé de renforcer progressivement nos positions, même si la contagion n'est pas encore contenue.

En ce qui concerne les actions, la semaine dernière, nous avons commencé à augmenter les positions de sociétés de qualité (SAP, Roche, Nestlé, et Microsoft par exemple), selon le profil des portefeuilles; nous avons également renforcé l'exposition aux actions via l'achat du tracker Ishares MSCI World pour certains mandats. Tactiquement, nous pourrons continuer d’accroître notre exposition, en fonction de l'évolution des conditions sanitaires et économiques.   

Coté obligataire, nos portefeuilles ont souffert car il y avait peu de place pour s'abriter ; emprunts d'Etat, obligations d’entreprise Investment Grade (IG- segment obligataire avec la meilleure qualité) et HY (segment obligataire le plus risqué), placements monétaires même, la course à la liquidité a jeté dans la tourmente tout le marché du crédit. Nous pensons que les dernières annonces des banques centrales et des Etats devraient bénéficier aux obligations souveraines et stabiliser le crédit. Ce changement de dynamique nous amène à augmenter notre exposition au crédit. En effet, notre hypothèse est que le credit crunch (resserrement du crédit par les banques) sera évité. Si notre hypothèse est correcte, il sera probablement bénéfique de se renforcer sur les actifs High Yield qui offrent des rendements aujourd'hui proches de 10%, ce qui rémunère leur niveau de risque relativement élevé. Ainsi, nous avons renforcé notre exposition High Yield avec le fonds ODDO BHF Euro High Yield dans les mandats Réactifs et Equilibrés.


David Chitou
Spécialiste des produits d'investissement
ODDO BHF Banque Privée
Rédigé le 26 mars 2020

Les avis et opinions que ODDO BHF Banque Privée est susceptible d'émettre notamment sur les marchés et/ou les instruments financiers ne peuvent engager sa responsabilité. Ces informations sont données à titre purement indicatif et ne sauraient, en aucun cas, constituer une incitation à investir ou à conclure tel ou tel type de transaction.