Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Quelles pistes d’investissement si on essaie d’imaginer le monde post COVID-19 ?

23 mars 2020 — Temps de lecture :3mn
Flash Stratégie Actions

Sylvain Goyon.png

Sylvain Goyon, CFA
Stratégiste

La baisse des profits sera forte. La tentation d’enjamber 2020 pour se positionner sur 2021 est légitime. Il parait probable que la reprise consacre, comme en 2009, les secteurs leaders du cycle précédent (bancaires en 2009, technologie, luxe, agro-alimentaire aujourd’hui). Mais attention ! L’épidémie de COVID-19 contribue surtout à accélérer l’émergence d’un monde nouveau plus local, moins global, plus numérisé, plus vert mais aussi nettement plus endetté. Ce dernier point devrait favoriser liquidité et orthodoxie financière au détriment des investissements peu liquides et à fort levier. Et c’est une excellente nouvelle pour le marché boursier ! 

Et si COVID-19 marquait l’année zéro d’un cycle radicalement différent ?

Pour de nombreux investisseurs, c’est une évidence, l’année 2020 est morte et il faut désormais l’enjamber pour se placer en 2021 et jouer les effets de base puissants que l’on observera mécaniquement. C’est un calcul tout à fait légitime. 

Toutefois, il repose sur un présupposé fort. Le monde n’aura pas changé post épidémie de COVID-19. Ce postulat en entraine un autre : l’existence d’une reprise en V qui reposera sur le rattrapage de consommation et d’investissement de biens et services représentatifs du long cycle de croissance dont nous venons de sortir. 

Penser que les tendances ne changent pas est un biais compréhensible et naturel. En 2009, la reprise avait consacré dans un premier temps les secteurs leaders du cycle « croissance émergente » qui venait de s’achever. Les financières, et en premier lieu les banques, avaient également rebondi pour saluer l’absence de contagion tant redoutée. Une reproduction de ce « biais » consacrerait alors dans un premier temps les secteurs « stars » qui ont souffert (luxe, technologie, biens d’équipement..)

 

bouton_download.jpg

Découvrir l'étude complète

Disclaimer

Avertissement relatif à la distribution par ODDO BHF SCA à des investisseurs autres que des ressortissants des Etats-Unis : 

La présente étude a été réalisée par ODDO BHF Corporates & Markets, division d’ODDO BHF SCA (« ODDO »), agréée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) et réglementée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). 

Lorsqu’elle est distribuée hors des Etats-Unis, l’étude est exclusivement destinée à des clients non américains d’ODDO ; elle ne saurait être divulguée à un tiers sans le consentement préalable et écrit d’ODDO. Le présent document n’est pas et ne doit pas être interprété comme une offre de vente ni comme la sollicitation d’une offre d’achat ou de souscription à un quelconque investissement. La présente étude a été préparée dans le respect des dispositions réglementaires destinées à promouvoir l’indépendance de l’analyse financière. Des « murailles de Chine » (barrières à l’information) ont été mises en place pour éviter la diffusion non autorisée d’informations confidentielles ainsi que pour prévenir et gérer des situations de conflit d’intérêts. Cette étude a été rédigée conformément aux dispositions réglementaires applicables en France aux fins de promouvoir l’indépendance de l’analyse financière. La recommandation contenue dans ce document est revue et mise à jour au moins trimestriellement à chaque publication par l'émetteur de son rapport trimestriel. 

A la date de publication du présent document, ODDO et/ou l’une de ses filiales peuvent être en conflit d’intérêts avec le ou les émetteur(s) mentionnés. Tous les efforts raisonnables ont été déployés pour veiller à ce que les informations contenues dans les présentes ne soient pas erronées ou mensongères à la date de la publication, mais aucune garantie n’est donnée de même qu’aucune conviction ne doit être fondée sur l’exactitude ou l’exhaustivité de ces informations. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Toutes les opinions exprimées dans le présent document sont le reflet du contexte actuel ; elles sont susceptibles de modification sans préavis. Les opinions exprimées dans cette étude reflètent exactement les points de vue personnels de l’analyste sur les titres et/ou les émetteurs concernés et aucune partie de la rémunération de ce dernier n’a été, n’est, ni ne sera directement ou indirectement liée aux opinions spécifiques contenues dans la présente étude. Cette étude ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée de même qu’elle ne tient pas compte des objectifs d’investissement, de la situation financière ni des besoins propres aux clients. Ceux-ci sont invités à s’interroger sur l’adéquation entre un avis ou une recommandation quelconque, exprimés dans l’étude, et leur situation personnelle et, si besoin est, à consulter un professionnel, y compris un conseiller fiscal. 

Ce rapport de recherche s'adresse uniquement aux investisseurs institutionnels. Il peut ne pas contenir l'information nécessaire pour que d'autres prennent des décisions d'investissement. Consultez votre conseiller financier ou un professionnel de placement si vous n'êtes pas un investisseur institutionnel.