Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Médecins Covid-19 Entrepreneuriat

Tombola Stars Solidaires : tenter sa chance et protéger son soignant

PAR Natacha B. & Marguerite C.
07 juillet 2020 — Temps de lecture :3mn
La solidarité est sérieuse, et peut être pétillante. Et si elle devenait même un jeu ? C’est le pari du mouvement national Stars Solidaires, qui remet au goût du jour la tombola et son esprit délicieusement old-school. Du 24 avril au 8 mai 2020, les célébrités préférées des Français ont donné une chance à leurs fans de vivre une expérience à leurs côtés ou de remporter l’un de leurs objets fétiches. Le ticket était au tarif unique de 10 euros. Rencontre gagnante avec Natacha Benabou et Marguerite Courtois, 2 des 3 entrepreneures à l’initiative du projet.
La résilience financière durable : chimère ou vérité ?

SW : Natacha, Marguerite, qui êtes-vous ?

M : Avec Natacha, nous sommes meilleures amies depuis l’enfance et nous sommes retrouvées à l’Essec ensemble. En parallèle de mes études, j’ai développé dès la première année, une marque de chapeaux et de gants de luxe : Courtois Paris.

Je suis Natacha. Avant le confinement, je travaillais un projet qui mêle art et la technologie. Mon ambition est de faire visiter les plus grands musées du monde entier via un casque de réalité virtuelle. Avec le Covid-19, toute l’économie était à l’arrêt ; nous voulions surtout nous rendre utiles et aider les soignants. Dans cette quête, j’ai eu l’idée d’une tombola solidaire et j’ai ramené Marguerite et ma belle-sœur Miléna dans le projet. C’était parti.

SW : Pourquoi Stars Solidaires ?

N : Nous voulions offrir la possibilité à quiconque en France de participer à l’effort de guerre. Malgré leurs sur-sollicitations, les stars ont été séduites par l’idée et se sont immédiatement impliquées dans notre initiative en offrant des objets et des expériences à partager avec leurs fans... Une journée de tournage avec Leïla Bekhti, le disque de platine « Toutes les couleurs » de Mike Brant, le bonnet de piscine dédicacé de Florent Manaudou etc. En face, 10 euros pour des lots de cette qualité, c’est très engageant ! L’écosystème était hyper puissant et s’auto-alimentait.

M : Au début, les agents de stars étaient surpris et amusés. Ils imaginaient une vente de gâteaux au citron (rires) mais beaucoup nous ont accompagnés dans cette idée un peu folle. On a fini avec plus de 150 000 tickets vendus, c’était inespéré ! « Stars So » était un jeu où l’on gagnait à tous les coups : un lot et une bonne action, ou simplement une bonne action. Dans tous les cas, c’était bien !

SW : Comment cette initiative s’est-elle passée ?

N : C’était complètement fou ! J’en avais rêvé et après, je n’en ai plus dormi ! Au début, il fallait une sacrée persévérance. On ne connaissait personne, ni dans le cinéma ni dans la chanson. Des heureux hasards, de très belles rencontres (notamment Sandra Sisley, Clément Animalsons et Asso Connect) et des performances de feu ont construit le projet. Stan Wawrinka par exemple, a participé à l’opération parce que c’était un ami de l’un de mes voisins de loge à Bercy avec qui j’avais sympathisé juste avant le confinement… Fou !

M : Au début, il y a eu l’effet boule de neige, puis le raz de marée : 250 000 euros collectés en 2 jours, et 1 548 190 euros au final !

SW : Quel conseil donnez-vous à notre génération pour qu’elle ait un impact positif sur le monde ?

N : 3 mots : respect, humilité et bienveillance. Il faut offrir la meilleure version de soi-même. Je suis convaincue que la vie, c’est de l’humain ; et que les projets, ce sont des réussites de confiance réciproque. A générosité de cœur, rien n’est impossible !

M : D’accord avec les valeurs de Natacha. J’ajouterai que lancer le projet n’est jamais facile ; sinon quelqu’un l’aura forcément fait avant vous. Il faut se secouer et s’armer de résilience. Prendre des risques, dans la mesure du respectable pour soi, et toujours être simple en allant petit-à-petit. Dans le langage tech, ils disent « faire un POC » (ndlr « Proof of Concept »). Au pire, nous ratons cette fois-ci pour mieux réussir le coup d’après ; notre génération a la tête bien faite.

SW : Quels sont vos projets après Stars Solidaires ?

N : Pour moi, Stars Solidaires était une aventure en or et des learnings sur un plateau d’argent. Elle m’a appris sur mes aspirations et mes façons de faire... c’était un projet incroyable. Les rencontres humaines et l’art sont mes deux passions. J’avance, pour l’instant… Je cherche à concilier ces aspects avec ma vie professionnelle.

N : Je vais continuer Courtois Paris. J’ai signé le bail de ma troisième boutique une semaine avant le confinement. J’ai eu le nez creux (rires).
Aussi, je veux rester alerte et continuer à faire plusieurs choses à la fois. Et tant que possible, soutenir des projets caritatifs. Comme ma génération, j’ai l’ambition d’allier passion et impact responsable. Ce n’est pas une grande phrase avec des grands mots ! Je suis convaincue que l’on peut s’engager simultanément dans un travail rémunérateur et une aventure humaine, qu’ils soient conjoints ou séparés. « Stars So » en est ma preuve.