Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Médecins Immobilier Epargne Famille

Jérôme : chirurgien, ni comptable, ni financier

PAR Jérôme S.
07 juillet 2020 — Temps de lecture : 3 mn
Derrière son masque, Jérôme S., chirurgien orthopédiste, entre 3 cliniques dans le Val d’Oise et à Paris, nous parle sans filtre. Il est l’un des spécialistes d’un nouveau genre : sa clinique regroupe différents experts du même domaine qui se partagent les différentes zones du squelette. Lui, prend le pied ! Entre secrétariat commun et projet immobilier groupé, l’esprit d’équipe est bien présent. Et cela lui semble d’autant plus important dans une profession, qui est experte dans son domaine, mais n’a jamais eu de formation économique ou financière …
La résilience financière durable : chimère ou vérité ?

SW : Comment se passe la crise sanitaire 2020 pour toi ?

J : Le Covid-19 a impliqué un arrêt quasi complet de mon activité. 50% de mon temps est dédié à la consultation et les 50 autres à la chirurgie. Les 2 ont dû être stoppées net : la consultation pour respecter le confinement, et la chirurgie parce que les ressources (le personnel, les anesthésistes, les respirateurs etc.) ont dû être recrutées pour le Covid-19.
J’ai rapidement repris un minimum d’activité, avec la téléconsultation : 4% de mon chiffre sur 2 mois. Cette période était donc difficile financièrement. L’Etat a mis en place des mesures qui m’ont permis d’y faire face : décalage du paiement des charges, chômage partiel pour les salariés, prêt professionnel garanti par l’Etat et j’ai pu compter sur ma trésorerie. Pour l’instant …

SW : Et personnellement, comment cela s’est -il passé ?

J : La veille du confinement, j’ai loué un AirBnB pour 2 mois en Normandie, avec jardin. Quand le confinement de 15 jours a été annoncé, je me doutais, qu’il durerait au moins 6 semaines. Je ne me sentais pas de tenir aussi longtemps dans notre appartement de 83 m2, à Paris, avec ma femme et nos 2 enfants (4 ans et 1 an et demi).
Loin d’être la grande dépression, cela m’a fait cogiter : la vie dans une métropole offre du lien social mais moins de confort. A court-terme, nous nous posons la question de modifier nos vacances pour la campagne française.

SW : Pas de changement de résidence principale à l’horizon ?

J : Nous avons acheté notre appartement il y a à peine 2 ans, et avons réalisé des travaux importants. Il nous faut donc attendre que nous amortissions un peu… Nous n’envisageons pas de vendre maintenant, surtout pas maintenant-maintenant… plutôt dans 4 ou 5 ans.
Le confinement à la campagne nous a plutôt donnés des envies de résidence secondaire. Ce sera sans doute un projet pour 2021 quand tout se sera apaisé.

SW : Et pour la clinique ?

J : Juste avant le Covid, il y avait un grand projet immobilier avec une cinquantaine de médecins pour ouvrir un centre de consultation. Il est mis en pause avec la crise sanitaire. L’objectif est que nous soyons propriétaires de nos murs, pour l’une des cliniques. « Nous » car je suis associé avec 10 autres chirurgiens orthopédistes.
L’emprunt serait évalué entre 80 et 120 000 euros, et nous sommes conseillés par la personne qui s’occupe de mes finances personnelles, et que j’ai fait venir.
Les banques nous prêtent assez facilement car nous avons des activités stables dans le temps. Néanmoins, nous sommes souvent un peu perdus sur ces sujets. Nous n’avons pas de formation de gestion de cabinet à la fac, à l’inverse des dentistes par exemple… En libéral, ce sont les anciens qui te guident. C’est complètement artisanal. En début d’installation, certains confondent chiffre d’affaires et salaire !

SW : Quelles sont les démarches pour lesquelles ton conseiller t’aide ?

J : Tout quasiment : le crédit de la résidence principale, 2 contrats d’assurance vie (1 pour ma femme, 1 pour moi), la responsabilité professionnelle, la prévoyance etc.
Assez rapidement, je me suis permis d’avoir un conseiller… à partir de la 2ème année d’activité. Quand on s’installe en clinique, les agents d’assurance viennent te voir ou t’appellent. Mais, il faut leurs faire confiance… ils sont entièrement commissionnés.

SW : Penses-tu avoir toutes les cartes en main pour réussir tes projets ?

J : Presque. Dans un monde parfait et merveilleux, il me faudrait entre 3 et 6 mois de trésorerie professionnelle, in case of emergency. Ce qui fait beaucoup à immobiliser !
Sur le plan personnel, ma femme a fait une rupture conventionnelle. Elle est partie avec un bon chèque. Nous avons un peu de trésorerie disponible. Son projet était de monter un restaurant avec ma sœur. Heureusement, qu’elles n’ont pas acheté leur fonds de commerce avant le confinement, sinon c’était directement la clé sous la porte ! C’est rassurant de savoir qu’il nous reste un petit matelas dans ce contexte. Tu veux le nom pour commander sur Deliveroo ?