Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Agriculture Ecole Formation Investissement

Hectar : l'école grandeur nature de Xavier Niel

PAR Sparewell
15 avril 2021 — Temps de lecture :3mn
Finie la tech, place à la terre ! Après l’école 42, le milliardaire et patron de Free se lance dans la formation agricole et revient aux fondamentaux. Ainsi, c’est au cœur de la vallée de Chevreuse, que l’entrepreneur projette d’ouvrir Hectar, une école gratuite destinée à former 2 000 jeunes et adultes aux métiers agricoles. L’établissement, qui ouvrira ses portes pour la rentrée de septembre 2021, aura une double vocation : former les étudiants et permettre la reconversion professionnelle de ceux souhaitant reprendre des exploitations agricoles, luttant ainsi contre le chômage.
La résilience financière durable : chimère ou vérité ?

Une école d’un genre nouveau

La formation semble définitivement être devenue la nouvelle passion du magnat des télécoms : Xavier Niel. Plus de 6 ans après l’ouverte de l’école 42, destinée à la formation informatique, c’est dans un domaine tout autre que celui-ci souhaite s’établir : les métiers agricoles. Fondé sur un modèle gratuit, Hectar est un beau pied de nez à toutes les écoles privées, pour celui qui s’est donné pour mission de former des milliers de jeunes sans distinction de revenus. Si pour le moment, le mystère reste entier sur les formations délivrées et leur caractère diplômant, il y a fort à parier qu’on retrouve au sein du nouvel établissement les ingrédients qui ont fait le succès de l’école 42 : une admission sans condition de diplôme, un enseignement sur le mode participatif et l’absence de professeurs.

Et le cadre parfait pour ce nouveau projet est d’ores et déjà trouvé ! C’est à environ une heure de la capitale que le campus prendra place ; au sein de 600 hectares de terrains (champs de céréales, champs de découverte, friches, bois et forêts), dans le domaine de la Boissière, racheté en 2019 par S4H. Cette entreprise est détenue par Audrey Bourolleau, ancienne conseillère en agriculture d’Emmanuel Macron, et NJJ Exclusive, la société personnelle de Xavier Niel.

Former aux métiers de demain

Le domaine de la Boissière comporte de multiples terrains propices à l’apprentissage. Et c’est bien là tout l’enjeu : révéler les vocations par la pratique. Selon la Mutualité Sociale Agricole (MSA), la moitié des exploitants (400 000 agriculteurs) partiront à la retraite d’ici 10 ans ! Trouver les repreneurs de demain est un pari de taille…

Ainsi, Xavier Niel mise une fois encore sur un métier d’avenir. Déjà en 2017, il avait créé l’école 42 pour faire face à la pénurie de développeurs. Celle-ci compte désormais 33 campus partenaires dans 22 pays du monde, souhaitons à Hectar d’aussi solides racines...

Un projet parmi d’autres

La volonté de Xavier Niel de soutenir ce secteur ne date pas d’hier. En janvier dernier, il formulait son engagement auprès de journalistes. « J’ai eu des grands-parents agriculteurs et éleveurs, mais ça ne se transmet pas dans l’ADN. J’ai aussi 2 enfants de 18 et 20 ans, qui me montrent à quel point la société change : l’un d’eux a arrêté de manger de la viande à 16 ans, ça m’a interpellé », expliquait-il alors. Le milliardaire avait également soutenu un référendum d’initiative partagée en faveur de la défense de la cause animale et la fin de l’élevage intensif. En novembre 2020, c’était avec Matthieu Pigasse et Moez-Alexandre Zouari, qu’il s’était associé pour créer 2MX Organic, une SPAC (special purpose acquisition company) qui a levé 300 millions d'euros pour acquérir des entreprises de la production et distribution de biens de consommation durables. Enfin, depuis plusieurs années, le serial entrepreneur investit dans des startups de la foodtech. Dernier projet en date : le lancement d’une usine de production de steaks végétaux en France par la start-up Les Nouveaux Fermiers.

Un accueil mitigé

Le projet de l’école Hectar ne semble pas particulièrement plaire à la communauté agricole. Ainsi, la Fédération nationale bovine (FNB) n’a pas tardé à réagir. Selon elle, il s’agit du « signal de trop » envoyé aux éleveurs par Emmanuel Macron, estimant que « la France mise sur les intérêts financiers et les investissements privés pour relever le défi de la souveraineté alimentaire et pas sur les hommes et les femmes du secteur de l’élevage ».

Par ailleurs, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) craint que ce défenseur de la cause animale y fasse la promotion de la viande de synthèse au détriment de l’élevage. Dans un communiqué, elle déclare : « Nous refusons que le renouvellement des générations, enjeu crucial pour l'avenir de notre agriculture familiale, soit la prochaine victime d'une financiarisation à outrance ». Récemment sur Twitter, le député et agriculteur de la Creuse, Jean-Baptiste Moreau, a défendu l’école : « ce projet, c’est d’abord de former de futurs chefs d’entreprises agricoles. Aucun dogmatisme là-dedans ».

Et vous qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à vous exprimer sur les réseaux sociaux de Sparewell.

Hectar : l'école grandeur nature de Xavier Niel