Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Economie Relance Epargne Rebond Covid-19

Soutenir l'économie réelle par l'excédent d'épargne 2020

PAR Giuliano PETRACHI
25 février 2021 — Temps de lecture :3mn
Plane sur 2020, un sentiment d’hibernation. Avec les confinements puis les couvre-feux, c’est un tiers de la population française qui était en télétravail, selon l’institut Montaigne. Alors forcément, les dépenses courantes ont diminué : plus aucune sortie entre amis, plus de repas au restaurant, plus de visites de musée, etc. Pour ceux qui n’ont pas été au chômage partiel, ces économies forcées représentent un excédent d’épargne. Savez-vous comment l’utiliser ?
La résilience financière durable : chimère ou vérité ?

Covid-19 : Une prise de conscience généralisée, des réactions personnalisées

Evidemment, il y aura un avant et un après Covid-19. Avec l’annonce des vaccins, nous nous rapprochons de la fin, mais la menace venant de la mutation anglaise du virus fait vaciller l’épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Pour la première fois, à l’échelle mondiale nous sommes confrontés à la même prise de conscience. « La Covid ne s’intéresse guère à nous, à notre âge, à notre sexe, à notre nationalité ou à nos préférences » pose l’écrivain Paolo Giordano. Oui, nous sommes tous égaux face à la maladie ou à son risque de contraction.

Mais les résultantes de cette prise de conscience ne sont pas les mêmes. En termes de consommation, Eric Briones, co-fondateur de la Paris School of Luxury, décrypte 4 typologies d’acheteurs de demain, dans son Observatoire du monde qui arrive (sur Youtube). Et en épargne alors ?

Au sein des Banques Privées, nous constatons déjà 3 tendances de fond, qui peuvent se cumuler :

  • La hausse de l’intérêt pour l’investissement responsable, qui privilégie les placements respectant des critères ESG (environnement, sociaux et gouvernance) et qui vise à construire un futur plus durable et éthique, en prévention d’une crise écologique future.
  • L’envie de contribuer à l’économie réelle, et ainsi permettre aux entreprises de développer leur activité, tout en créant de l’emploi. Les clients se tournent alors vers le financement en actions, en fonds de capital-investissement, en crowd-funding, en love-money, etc.
  • Le besoin de transparence, qui change la relation entre le client et son banquier, au profit d’un transfert de connaissances, d’une pédagogie renforcée et d’une relation de confiance pérenne. Bien comprendre les outils aujourd’hui pour mieux façonner demain.

Découvrez votre profil d’épargnant.e

Comment vous positionnez vous par rapport à ces tendances ? Et selon vous, la Covid-19 va-t-elle durablement modifié votre comportement d’épargne ? Analysez votre historique et vos réflexes : dans la fable de La Fontaine, êtes-vous plutôt cigale ou fourmi ? Peut-être, un tout autre animal spirituel, tel l’ours qui cumule en hiver et dépense en été, l’abeille qui butine et partout sème un peu, etc. ?
A chacun.e son équilibre, entre 3 composantes :

  • L’économie du plaisir : consommer à bon escient pour s’offrir des moments de joie, de convivialité, de récompense, etc. tout en soutenant le commerce et l’économie réelle. Ce management du « kiff » vient conditionner les dépenses et donc définir votre épargne.
  • L’épargne à proprement parler qui vient financer vos projets de vie (immobilier, familier, entrepreneuriat, philanthropie, prévoyance, etc.), en respectant vos valeurs (écologique, sociales ou éthiques).
  • L’économie positive, qui regroupe l’investissement et la consommation vous rendant acteurs du changement, grâce à l’argent.

Alors, que faire de son excédent d’épargne cumulé en 2020 ?

Avec les économies forcées des 2 confinements et des 2 couvre-feux, ce sont plus de 70 milliards d’euros en France de surplus d’épargne comptabilisés à fin décembre 2020 par la Banque de France. Il nous est donc possible de jouer simultanément sur les 3 tableaux, chacun.e à son échelle ! Mettez un coup d’accélérateur pour atteindre vos projets, offrez-vous du plaisir et soyez les acteurs du changement que vous souhaitez être !

En effet, l’absence de perspectives sur le jour d’après permet – pour une fois – de refaire le point sur ses ambitions et projets ; de les poser à plat et parfois de les actualiser.
Sont-ils toujours aussi justes ? Et si oui, n’hésitez pas à vérifier (seul.e ou accompagné.e par des experts spécialisés) :

  • L’horizon de temps,
  • Les moyens que vous vous êtes donnés pour réussir,
  • La pertinence des véhicules financiers choisis,
  • La fiscalité qui pourrait y être attachée et qui pourrait avoir évoluée en ces temps exceptionnels.

Ensuite, faites-vous plaisir en soutenant le petit et le grand commerce – essentiels ou non –, les artisans, les hôtels, les bars et les restaurants – quand cela sera à nouveau autorisé – etc, en fonction de vos envies, de vos valeurs et de vos budgets. Si possible, privilégions les marques et établissements français ; être citoyen.ne, c’est aussi contribuer au rebond et prévenir des perturbations néfastes (faillite, délocalisation, etc.).

Nous sommes tous acteurs de l’économie et du changement, petits colibris au sens de Pierre Rabhi. Transformons nos euros en actes d’engagement, par la consommation française à impact positif (Veja, Maison Elémentaire, Back Market, etc.) mais aussi par le financement responsable (fonds ESG tels que Green Planet chez ODDO BHF, le capital investissement, les PEA-PME etc.).
La Covid-19, c’est une chance à saisir pour réfléchir et réaliser ses projets différemment.

Soutenir l'économie réelle par l'excédent d'épargne 2020