Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Bourse Rotation Sectorielle Covid-19 Vaccin

Vaccins contre la Covid-19 : nourrir l’espoir… et la bourse

PAR Diane Neuville
11 décembre 2020 — Temps de lecture : 4 mn
La roue tourne… c’est aussi vrai sur les marchés boursiers. Et les événements positifs comme négatifs peuvent significativement impacter une place de marché à un instant T. Mais les mêmes causes n’ont pas les mêmes effets : des disparités peuvent co-exister d’un secteur économique à l’autre, d’une région à une autre. Diane Neuville, bien ancrée, nous raconte le tournis boursier de l’annonce du vaccin contre la Covid-19...
La résilience financière durable : chimère ou vérité ?

Nous le savons tous, le 9 novembre 2020, Pfizer et BioNtech communiquent sur les résultats préliminaires positifs de leur vaccin contre la Covid-19. Une semaine plus tard, Moderna leur embraye le pas, puis vient AstraZeneca… Ces lueurs d’espoir pour la santé, le sont aussi pour nos économies et notamment pour les secteurs perdants de la pandémie. Zoomons pour mieux comprendre le rallye des valeurs décotées par rapport aux valeurs de croissance.

Quelques rudiments pour mieux comprendre : une question de style

En finance, on oppose traditionnellement 2 styles de gestion : « growth » et « value ».

Le premier se concentre essentiellement sur des sociétés ayant des perspectives positives de croissance de leurs bénéfices et une structure de bilan de qualité. Elles appartiennent surtout aux secteurs des technologies et du luxe. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ou LVMH en sont des exemples.

De l’autre côté, le style « value » s’intéresse à des entreprises dont le prix de marché de l’action est inférieur à sa valeur intrinsèque (c’est-à-dire la valeur inhérente). Elles touchent notamment aux secteurs de la banque, de l’énergie, ou encore du tourisme et de l’hôtellerie.

A chaque style, son risque. Pour le style « growth », le risque est d’acheter à des prix trop élevés alors que les résultats futurs pourraient être décevants. Pour le style « value », le risque est de ne pas bénéficier de rattrapage du cours de l’action décotée, et donc d’une hausse du prix de marché. (Un cas de figure qui peut se présenter lors d’une valorisation erronée, par exemple.)

La « rotation sectorielle » correspond aux mouvements des investissements d’un secteur vers l’autre, selon les anticipations du cycle économique par les investisseurs.

Avec l’annonce des vaccins : qui sont les gagnants du marché actions ?

Le krach boursier de mars a pris la forme d’une chute des indices sans précédent et d’une volatilité au plus haut. Cependant, certains secteurs ont rebondi et sont apparus comme plus favorisés à l’image de celui des technologies (valeurs de croissance) ou de la santé (valeurs défensives).

C’est alors que les différentes annonces de vaccins sont venues bouleverser les marchés. Elles ont provoqué un réel engouement de la part des investisseurs vers des actifs plus risqués. Cependant, les secteurs économiques n’ont pas tous connu le même sort. Les disparités sont très fortes, sur cette période. Preuve en est : alors qu’en Europe, les secteurs de l’énergie ou de la banque sont montés en flèche en novembre (respectivement de +30.6% et +30.2%), ceux des biens de consommation d’hygiène ou encore des technologies ont réagi faiblement (+3% et +6% respectivement)*. Ainsi, les secteurs du style « value » ont bien mieux réagi que les secteurs du « stay at home » (valeurs défensives et de croissance), qui avaient surperformé jusque-là. A titre d’exemples, des valeurs comme Renault (automobile) ou Unibail (immobilier) ont progressé de plus de 50% sur ce même mois !

Ces disparités sont aussi visibles d’une région à une autre. Car historiquement, chaque place de bourse présente des spécificités quant à son tissu économique. A Wall Street par exemple, les indices sont dominés par les valeurs technologiques ; alors qu’en France, les indices sont constitués en grande partie de sociétés plus exposées aux cycles économiques. La répartition entre valeurs « growth » et « value » est donc bien différente ; et les mêmes effets n’ont alors pas les mêmes conséquences. Sur le mois de novembre, le S&P 500 (USA) a connu une petite hausse de 8%, quand le CAC40 (France) battait des records avec plus de 20% de performance.

Le vaccin contre la Covid-19, seul élément déclencheur de la rotation sectorielle ?

La dissipation de l’incertitude électorale américaine avec la victoire de Joe Biden a aussi été un facteur de taille en faveur de cette rotation sectorielle. En effet, le nouveau président élu a annoncé plusieurs plans de soutien importants à l’économie.

Loin d’être le seul pays à les mettre en place, de nombreuses mesures de relance sont aussi prévues par les différents gouvernements et banques centrales autour du globe. Ces éléments majeurs constituent des signaux positifs du retour de la croissance en 2021.

Alors que les investisseurs avançaient avec incertitude et très peu de visibilité depuis mars, ils semblent avoir retrouvé espoir. Ils en ont donc profité pour revenir sur des actifs plus risqués, plus exposés aux cycles économiques et qui correspondent, de fait, aux sociétés ayant le plus souffert de la pandémie, les titres « value ».

« Ce panorama de la rotation sectorielle du marché actions de novembre nous rappelle à quel point la diversification est clé. »

L’importance de la diversification

Ce panorama de la rotation sectorielle du marché actions de novembre nous rappelle à quel point la diversification est clé. Les valeurs technologiques (valeurs « growth »), avec les bonnes perspectives de croissance de leurs bénéfices, peuvent jouer un rôle défensif au sein d’un portefeuille. La marche vers la digitalisation de nos économies est toujours dynamique, qu’elle soit forcée par un phénomène mondial (comme actuellement) ou non. De la même façon, la tendance structurelle du vieillissement de la population ne laissera pas le secteur de la santé à la traîne.

Finalement, une question s’impose : cette rotation sectorielle n’est-elle qu’un simple phénomène de rattrapage ? ou constitue-t-elle la preuve fondamentale d’un regain d’enthousiasme ? Ce qui reste certain, c’est que le regain durable des marchés dépendra de l’ampleur de la reprise économique prévue l’année prochaine. Pas de place pour le tournis, continuons à la soutenir à notre échelle individuelle !

Vaccins contre la Covid-19 : nourrir l’espoir… et la bourse

Source :
Chiffres : source Factset
Indices utilisés : Stoxx Europe 600 Energy, Stoxx Europe 600 Banks, Stoxx Europe 600 Personal Care Drug & Grocery Stores, Stoxx Europe 600 Healthcare

Disclaimer :

Moderna : Conformément à l’article 6 du règlement délégué (UE) n°2016/958 du 9 mars 2016 complétant le règlement (UE) n°596/2014 sur les abus de marché, nous vous informons qu'ODDO BHF SCA a été mandaté au cours des douze derniers mois par Moderna Inc. en qualité de co-manager dans le cadre d’une augmentation de capital avec offre au public et admission des actions nouvelles sur le marché américain Nasdaq.

LVMH : ODDO BHF SCA a conclu un contrat de liquidité avec l'émetteur portant sur un (des) instrument(s) financier(s) de celui-ci."

Vaccins contre la Covid-19 : nourrir l’espoir… et la bourse
Diane Neuville Graduate program pour ODDO BHF Paris 25 ans, en couple, sans enfant mais avec un chien très bientôt Projet : Suivre une formation d’histoire du design www.odd-bhf.com