Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Investissement Impact Investing ISR RSE

L’Impact Investing : faire grandir les entreprises de la nouvelle économie

PAR Nicolas Hazard
30 novembre 2020 — Temps de lecture : 3 mn
Choisir une rentabilité financière moindre au profit d’un projet plus favorable à l’environnement, tel est le pari de l’impact investing. Un nouveau paradigme pour les institutionnels et les particuliers ? Pour Nicolas Hazard, fondateur d’INCO Group et conseiller spécial en charge de l’économie sociale et solidaire à la Commission Européenne, c’est bien possible. « En stoppant dans son élan la croissance mondiale, la crise du coronavirus a rebattu les cartes du système que nous connaissons tous. »
La résilience financière durable : chimère ou vérité ?

Depuis le début du XXIe siècle émerge une finance ancrée dans le réel, au service des entreprises qui répondent aux grands défis de notre temps, à savoir la lutte contre les inégalités et la préservation de l’environnement.

Cette finance responsable est aussi nommée Impact Investing pour sa transparence dans la mesure et l’évaluation de ses répercussions. Elle fait du profit un moyen et non une fin ; en visant une lucrativité raisonnée, en créant des emplois pour tous mais aussi en générant de nouvelles solidarités. Son but est de répondre aux aspirations contemporaines des citoyens, et donc investir dans des entreprises qui ont du sens.

Ainsi, en 2018, les français ont déposé 1 milliard d’euros supplémentaire sur des placements solidaires, c’est-à-dire des fonds qui consacrent 5 % à 10 % de leurs actifs au financement de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations, dont les activités sont fondées sur l’utilité sociale et dont le fonctionnement interne repose sur le principe de solidarité. Dans le même temps, le marché de l’impact investing (ou investissement à impact social) croissait de 11%, dans le monde.

« L’Impact Investing est transparent dans la mesure de l’impact positif comme négatif. »

Impact investing, quels principaux fondamentaux ?

Les démarches d’investissement de l’Impact Investing, comme de l’Investissement Socialement Responsable (ISR), prennent en compte des critères extra-financiers, issus de la contribution des entreprises au développement durable, encore dite Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE).

Bien entendu, toutes 2 accompagnent une démarche responsable. Dans le cas de l’ISR, les fonds d’exclusion écartent certaines entreprises pour des raisons éthiques (tabac, armement, pornographie, etc.), et les fonds « best in class » investissent dans des secteurs par essence positifs, comme les énergies renouvelables. Mais, 2 critères fondamentaux singularisent l‘Impact Investing.

D’abord, la raison d’être des entreprises soutenues. L’investissement à impact social se focalise sur des entreprises dont l’objet même est la recherche d’un impact social et/ou environnemental positif. La rentabilité financière n’est pas un but en soi, mais un moyen de rendre les ambitions possibles.

Ensuite, viennent les méthodes de mesure de l’impact : l’Impact Investing est transparent dans la mesure de l’impact positif comme négatif. Cette impartialité évite de mettre en valeur l’acteur du secteur ou de la catégorie qui fait le mieux (ou plutôt le moins mal) ; en d’autres termes, elle évite de se demander « parmi les pétroliers, qui sont ceux qui investissent le plus dans le renouvelable ? ».

L’indicateur INCO Ratings analyse plus d’un millier de critères financiers et extra-financiers, et les résultats sont mis au service des institutions publiques et des entreprises privées qui souhaitent améliorer leurs pratiques. Chez INCO Group, nous sommes convaincus que le changement de paradigme passe par le développement d’entreprises leaders d’une nouvelle économie plus inclusive et durable. Des entreprises dites « natives » pour lesquelles l’investissement à impact social et environnemental est l’instrument financier naturel de leur développement.

L’Impact Investing, à la portée de chacun

Pratiquer l’Impact Investing à l’échelle individuelle est possible. Pour un investisseur institutionnel ou un gestionnaire d’actifs, mais aussi pour les particuliers. Dans ce dernier cas de figure, plusieurs voies sont possibles :

  • Souscrire directement auprès de sa banque, ou dans le cadre de son Plan d’Epargne Entreprise (PEE), un Fonds commun de placement solidaire, dont 5 à 10% sera investi dans des entreprises à fort impact social ou environnemental. Le reste du portefeuille est géré librement, souvent plus classiquement, placé en actions et/ou en obligations ISR, selon les produits.
  • Investir depuis son assurance-vie. En effet, depuis la loi Pacte, tout contrat en unité de compte doit désormais proposer un placement solidaire.

Ces dernières années, ces placements se développent 3 fois plus rapidement que l’épargne classique : l’épargne salariale solidaire a passé le cap des 10 milliards d’euros en 2019. Si les taux de rendement sont plus faibles, l’épargne solidaire doit être vue comme un engagement militant, une tendance de fond, reflet d’une économie plus inclusive et plus durable en émergence. Nous pouvons tous faire bouger les lignes.

L’Impact Investing : faire grandir les entreprises de la nouvelle économie
Nicolas Hazard Fondateur et Président d’INCO Group www.inco-group.co