Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Assurance vie Epargne Valeur refuge Covid-19

L’Assurance-vie, quésaco

PAR Séverine Bardin
27 octobre 2020 — Temps de lecture :2mn
C’est le produit d’épargne préféré des Français, qui représente plus de 1 700 milliards d’euros d’encours, avec plus de 80 % de fonds euro : l’assurance vie. Année après année, son succès ne se dément pas et les Français continuent d’investir massivement dans cette enveloppe, malgré une réforme de sa fiscalité en 2017 et une baisse inexorable du rendement du fonds euros. ABCDaire, qu’est-ce que l’assurance-vie ?
La résilience financière durable : chimère ou vérité ?

Avant tout, l’assurance-vie rassemble 5 grands points forts :

#1 Liberté

Celle de réaliser des versements sans plafond et des retraits à tout moment. L’épargne au sein d’un contrat d’assurance vie reste disponible quelle que soit la durée de détention du contrat.

#2 Cadre fiscal

Qui se veut favorable avec un taux de prélèvement forfaitaire parfois réduit, ainsi qu’un abattement pour les contrats de plus de 8 ans (pour les primes versées avant le 27 septembre 2017).
Enfin, le contrat offre l’avantage de l’absence d’impôt lorsque l’argent n’est pas retiré : on parle de capitalisation.

#3 Transmission

Les capitaux décès bénéficient d’une fiscalité spécifique extrêmement favorable, avec notamment, une exonération (totale ou partielle) si les primes ont été versées dans le contrat avant les 70 ans du souscripteur.
En outre, le souscripteur peut désigner, à n’importe quel moment, un ou plusieurs bénéficiaires de son contrat en cas de décès : l’assurance vie n’entre pas dans la succession ; c’est toute sa singularité.

#4 Exclusivité du fonds euros

Qui garantit un rendement et le capital versé : on parle de garantie du capital sur ce support. Le fonds euro est exclusif à l’assurance vie.

#5 Gestion flexible

Le contrat d’assurance-vie offre le choix du mode de gestion (sous mandat ou conseillée) ainsi qu’un large éventail de supports d’investissement.
Récemment, l’univers d’investissement s’est considérablement élargi. Les classes d’actifs sont nombreuses, avec des degrés différents de complexité : depuis les supports immobiliers (SCPI, SCI, OPCI), Private Equity (FCPR) jusqu’aux produits structurés pour les clients les plus avertis.
Aussi, il est possible de sécuriser son capital pour les projets à plus court-terme, mais aussi d’aller chercher du rendement à long-terme en investissant sur les marchés financiers (pour obtenir des revenus complémentaires au moment de sa retraite par exemple).

Malgré tous les atouts précités, et l’engouement des Français, l’assurance-vie doit faire face à un défi de taille, qui vient des assureurs eux-mêmes. Pour préserver le fonds euros, ils tentent de contenir les entrées massives qui en diluent le rendement. Dans ce contexte de taux bas, l’exercice de maintenir le trio gagnant (liquidité, garantie en capital et rendement) est plus difficile. Précisément, car l’actif général est principalement investi dans des emprunts d’état et des produits obligataires, qui délivrent peu de rendements. Se développent alors des politiques commerciales incitatives à l’investissement sur les unités de compte, sur lesquelles il existe un risque de perte en capital.
En 2 minutes, vous savez l’essentiel sur l’assurance vie française.

L’Assurance-vie, quésaco
Séverine BardinParisProduct Specialist Assurance Vie pour ODDO BHF47 ans, mariée, 2 garçons (jumeaux)Projets : financer les études de mes enfants, agrandir notre maison et préparer notre retraite...