Ce site utilise des cookies.
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. Vous pouvez modifier les réglages d'acceptation des cookies pour ce site.

Love Money Economie Fiscalité Crowd-funding

Love Money : lever des fonds auprès de ses proches

PAR Caroline Mignaval
24 septembre 2020 — Temps de lecture : 5 mn
Je porte un nom en anglais, sonne comme une chanson des Beatles et repose sur la confiance et la proximité entre les 3 F, « Friends, Family and Fools » (amis, famille et connaissances) ; qui suis-je ? Le Love Money ! « L’argent de l’amour » est un mode de financement alternatif, né dans les années 60 et qui fait aujourd’hui battre le cœur des entrepreneurs et des investisseurs français. Details d’une love-story.
La résilience financière durable : chimère ou vérité ?

Pour démarrer ou donner un coup de pouce à votre projet entrepreneurial, différentes sources de financement plus ou moins classiques existent : prêt bancaire, don de sommes d’argent, prêt entre particuliers, participation au capital d’une entreprise créée, etc. Dans ce dernier cas, et exclusivement lorsque l’investissement provient de l’un des 3 F du triptyque : « Friends, Family and Fools », on parlera de Love Money. « Love, love me do. You know I love you. I'll always be true » chantaient The Beatles en 1963. Est-ce toujours la même chanson ?

Le Love Money, une situation win-win

Concrètement, « l’argent de l’amour » correspond aux capitaux apportés à la création ou au soutien d’une entreprise par la famille et les proches, afin d’aider l’entrepreneur.e à lancer sa boite ou à la développer. Généralement, les sommes versées vont de quelques dizaines à quelques centaines de milliers d’euros et précèdent, en cas de succès, d’autres sources de financements (fonds de capital-risque, prêt traditionnel bancaire par exemple).
En contrepartie, les investisseurs deviennent associés de la société et reçoivent des actions auxquels sont attachés des droits : droit au bénéfice distribuable, à l’information, droit de participer aux décisions de la société, sur option. À ces droits sont aussi apparentés les risques traditionnels associés à l’investissement, tels que celui de perte en capital voire de faillite.

Dans la pratique, 2 procédures sont possibles :

  • Soit l’entrepreneur.e contacte directement ses proches et leur présente le projet pour tenter de les convaincre à partager l’aventure avec eux ;
  • Soit, il.elle présente son projet sur un site de Crowd-funding et incite ses proches à y participer (ex : Ulule, KissKissBankBank, MyMajorCompany), avant d’ouvrir le projet de financement à des tierces personnes supplémentaires.

Pourquoi avoir recours au Love Money ?

Pour l’entrepreneur.e, c’est :

  • Une alternative au crédit traditionnel, afin de lever de l’argent rapidement, sans obstacle administratif ni coût financier élevé.
  • Un complément / tremplin pour obtenir d’autres types de financement grâce au renforcement du capital social, offrant un effet de levier.
  • Un moyen de s’entourer exclusivement ou en majorité de proches dont il est convaincu du soutien.

Pour l’investisseur.e, c’est :

  • Un investissement affectif, qui permet de soutenir un proche et de donner du « sens » à son argent.
  • L’occasion de diversifier ses assets et d’investir sur un projet qu’il.elle juge porteur.
  • L’occasion de profiter de mesures fiscales incitatives.
« En nous soutenant, certains de nos proches ont pu profiter de réduction d’impôt. En plus de faire une bonne action, et un pari sur l’avenir, ils ont bénéficié d’un avantage immédiat ! »

La fiscalité française au soutien de l’investissement affectif

« En nous soutenant, certains de nos proches ont pu profiter de réduction d’impôt. En plus de faire une bonne action, et un pari sur l’avenir, ils ont bénéficié d’un avantage immédiat ! » expliquaient à SPAREWELL Anna et Aymeric, co-fondateurs de Maison Elémentaire (spécialisée dans l’édition d’objets de décoration esthétiques et écologiques).

Le Love Money est par définition intuitu personae. Aussi, l’Etat français lui alloue un certain niveau de risque. Des mesures fiscales incitatives ont récemment été réformées afin d’inciter des investisseurs hésitants. Quelques exemples non-cumulables :

1.   La réduction d’impôt pour la souscription au capital d’une PME (ou dispositif Madelin) :

Une personne physique, domiciliée fiscalement en France, qui souscrit en numéraire au capital d’une PME (ou de sa propre entreprise) peut bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu (IR) au prorata des sommes investies.

Afin de compenser la suppression du dispositif ISF PME et pérenniser le soutien aux entrepreneurs, le gouvernement a mis à jour le mécanisme de réduction d’impôt sur le revenu, pour les investissements dans les PME, faisant passer le taux de réduction de 18% à 25%. La mesure, dont l’entrée en vigueur était subordonnée à un accord de la commission européenne est applicable pour les souscriptions entre le 10 août et le 31 décembre 2020.
La réduction d’impôt est calculée sur les versements retenus dans la limite annuelle de 50 000€ sur pour une personne seule et 100 000 € pour un couple.

Cette réduction d'impôt est accordée si la société bénéficiaire de l’investissement respecte un certain nombre de conditions et si les parts/actions accordées en contrepartie au souscripteur sont conservées pendant au moins 5 ans (sauf cas de déblocage anticipé). Par ailleurs, ce dispositif est soumis au plafonnement global des niches fiscales.

2.   Exonération des plus-values pour les investissements logés dans un PEA ou PEA PME-ETI :

Aujourd’hui, le PEA permet de se constituer en franchise fiscale un portefeuille d’actions européennes. Elles sont souscrites sous formes de titres vifs (côtés et non côtés) ou de fonds commun de placement (contenant 75% d’actions minimum). Pour les entrepreneurs, il est également possible d’y loger les parts de son entreprise (même en création), si vous détenez une participation inférieure à 25%, et ce conjointement avec vos proches (conjoint, ascendants et descendants).

Sous réserve de n’effectuer aucun retrait avant 5 ans, cette enveloppe procure une exonération d’impôt sur les plus-values (les prélèvements sociaux restent dus). Dans le cas d’un déblocage anticipé, le PEA est clôturé et les gains sont taxés au Prélèvement Forfaitaire Unique de 30%. La loi Pacte admet toutefois de nouveaux cas de déblocage exceptionnel (invalidité, licenciement, retraite anticipées).
Autre avantage quasi exclusif du PEA, si le détenteur dénoue son plan sous forme de rentes viagères, ces dernières seront exonérées d’impôt sur le revenu.

Le PEA classique et le PEA PME-ETI sont cumulables et les versements, obligatoirement effectués en numéraires, sont respectivement limités à 150 000 € et 225 000 €.
Désormais, les jeunes majeurs encore rattachés au foyer fiscal de leur parents peuvent ouvrir un PEA et y server jusqu’à 20 000 €.

Love Money vs crowd-funding?

Apparu plus tard, dans les années 2000, le principe du crowd-funding est plus large car il peut attirer des investisseurs variés. Via la viralité et les réseaux-sociaux, le crowd-funding permet de communiquer facilement sur le projet, les missions et les ambitions d’une entreprise pour créer un socle de notoriété avant même la mise sur le marché.
Dans le même temps, il permet de préserver l’anonymat des fondateurs et des investisseurs, afin d’éviter tout écueil si le projet avorte.

En début de campagne, Love Money et crowd-funding peuvent s’entremêler : les plateformes sont les mêmes et le soutien des proches crée un effet incitatif et parfois une mécanique de boule de neige, auprès des investisseurs tiers.
En 5 ans seulement, les montants collectés en France via les plateformes de crowd-funding ont été multipliés par plus de 8 (Mazars, 2020).

Quelques tips pour une levée en toute sérénité

« Love we do », le Love Money a la cote, quelle que soit sa forme !
En plus des conseils pour réussir sa levée de fonds, voici quelques astuces spécifiques au Love Money :
- Encadrer la levée : établir un pacte d’actionnaires régira les relations avec la famille et/ou les proches ;
- Jouer la transparence quel que soit son rôle (d'entrepreneur ou d'investisseur) : identifier à partir d’un business plan robuste les éventuelles faiblesses et risques liés à l’investissement, afin d’établir une relation de confiance durable ;
- Etudier les sources de financement complémentaire, afin d’accompagner la croissance et les ambitions.

Love Money : lever des fonds auprès de ses proches
Caroline Mignaval Graduate Program pour ODDO BHF Paris 25 ans, célibataire, sans enfant Projet : Acquérir des compétences transverses au sein du groupe ODDO BHF et cultiver la synergie entre collaborateurs. www.oddo-bhf.com/fr